Découvrez ce podcast, et bien plus encore

Profitez gratuitement des podcasts sans abonnement. Nous offrons également des livres électroniques, des livres audio et bien plus encore, pour seulement $11.99/mois.

06 - Fictions politiques (2) : nouvelles de la tyrannie

06 - Fictions politiques (2) : nouvelles de la tyrannie

DeHistoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIe-XVIe siècle - Patrick Boucheron


06 - Fictions politiques (2) : nouvelles de la tyrannie

DeHistoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIe-XVIe siècle - Patrick Boucheron

évaluations:
Longueur:
64 minutes
Sortie:
13 févr. 2018
Format:
Épisode de podcast

Description

Patrice BoucheronCollège de FranceAnnée 2017-2018Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIe-XVIe siècleFictions politiques (2) : nouvelles de la tyrannie« La fresque est tombée en cet endroit et je ne serais qu'un plat romancier […] si j'entreprenais d'y suppléer » (Stendhal, La vie d'Henry Brulard)Le « Triomphe de la mort » du Camposanto de Pise, « leçon de ténèbres »Buffalmacco, l'auteur retrouvé : un personnage avant d'être un créateur (Luciano Bellosi)De l'art de convertir un déclassement en « fronde expressionniste » (Enrico Castelnuovo et Carlo Ginzburg, « Domination symbolique et géographie artistique dans l'histoire de l'art italien », Actes de la recherche en science sociale, 1981)« Traverser l'effroi », à rebours : on n'y voit moins le « sentiment de culpabilité » d'après 1348 (Millard Meiss) que « l'inculpation généralisée » (Pierre Legendre)Le royaume de Satan et l'Enfer de Dante : quand la justice des hommes anticipe le Jugement dernier (Jérôme Baschet, Les justices de l'au-delà, Rome, 1993)Trois contemporains, Buffalmacco, Lorenzetti et Villani : la timor et « L'angoscia delle repubbliche » (Andrea Zorzi)Le seigneur est mortel, la seigneurie n'est ni certaine, ni fatale, ni définitive : Castruccio Castacani parmi les beaux jeunes gens frappés par la faucheuseMémoire fictionnelle, oubli historique : quand un souvenir se substitue à un autreBuffalmacco et Bruno, « compagnons inséparables » (Décameron, VIII, 9) contre Calandrino « bonhomme simplet et fantasque (Décameron, VIII, 3)« Buonamico, fils de Cristofano, dit Buffalmacco, peintre florentin, élève d'Andrea Tafi, doit au Décameron de Boccace sa célébrité de bon plaisant » (Giorgio Vasari, Le Vite…, 1568)Vasari novelliere et Vincenzo Borghini : « d'après ce que nous en dit Franco Sacchetti »Guido Tarlati et son singe : l'imitateur imité, l'inversion des signesLe Massacre des innocents de Buffalmacco, ou la transsubstantiation par la peinture (Norman Land, Renaissance Quaterly, 2005)Lire les Vite de Vasari comme un texte littéraire pour restaurer sa capacité de description sociale (Paul Barolsky, Why Mona Lisa Smiles and Other Tales by Vasari, 1993)Déplacer l'enquête vers l'individuation et la sociologie implicite (Jacques Dubois, Le roman de Gilberte Swann. Proust sociologue paradoxal, 2018)L'exercice des métiers dans la novellistica : l'ouvrier Agnolo chez Sacchetti et le briquetier Grillo chez SercambiUne burla de Buffalmacco : le peintre et ses voisins bruyants dans le Trecentonovelle« Buonamicco était peintre à son compte et désireux de dormir ou de veiller en choisissant son temps, car il entendait exercer son art, maintenant qu'il était son propre maître, autrement que quand il était disciple, sous les ordres d'autrui »L'oisiveté créatrice de Léonard de Vinci d'après les Novelle de Matteo BandelloGiotto beffatore : « Pour sûr, je vais lui faire des armes à ma façon » (Sacchetti, nouvelle 63)Le peintre, le juge, l'orage : un lessivage des apparences (Décameron, VI, 5)« Il novelliere "en artiste" » (Marcello Ciccuto) : rendre visible la vérité par le récit ordonné d'une storiaLa Novella del Grasso Legnaiuolo, ou la brigata des artistesQui est le Gros ? La consistance historique d'une réussite fictionnelleLa folie du Grasso et le triomphe de Brunelleschi« Tu désires, Girolamo, être informé sur le Filippo qui fit cette farce à Grasso, parce que tu l'admires tellement quand je te dis que c'est une histoire vraie » : Antonio Manetti et la biographie de Brunelleschi (1485)Quand la fable littéraire vient garantir le régime de véridicité d'une Vita : « afin que tu lises la nouvelle comme un récit véridique et non comme un de ces contes qui pullulent »Nouvelles de la tyrannie : « Le sujet idéal de la domination totalitaire n'est ni le nazi convaincu ni le communiste convaincu, mais les gens pour qui la distinction entre fait et fiction (c'est-à-dire la réalité de l'expérience) et la distinction entre vrai et faux (c'est-à-dire les normes de la pensée) n'exis
Sortie:
13 févr. 2018
Format:
Épisode de podcast

Titres dans cette série (99)

Patrick Boucheron est né en 1965, à Paris. Après des études secondaires au lycée Marcelin Berthelot (Saint-Maur-des-Fossés) puis au lycée Henri IV (Paris), il entre à l'École normale supérieure de Saint-Cloud en 1985 et obtient l'agrégation d'histoire en 1988. C'est sous la direction de Pierre Toubert qu'il soutient en 1994 à l'université de Paris 1 sa thèse de doctorat d'histoire médiévale, publiée quatre ans plus tard sous le titre Le pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan (XIVe-XVe siècles), Rome, École française de Rome, 1998 (Collection de l'EFR, 239).Maître de conférences en histoire médiévale à l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud de 1994 à 1999, puis à l'université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne à partir de 1999, il fut membre junior de l'Institut universitaire de France de 2004 à 2009. En 2009, il soutient à l'université de Paris 1 une habilitation à diriger des recherches intitulée La trace et l'aura et est élu professeur d'histoire du Moyen Âge dans cette même université en 2012. Il est, depuis 2015, président du conseil scientifique de l'École française de Rome. Il a été élu la même année professeur au Collège de France sur la chaire « Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIe-XVIe siècle ».