Découvrez ce podcast, et bien plus encore

Profitez gratuitement des podcasts sans abonnement. Nous offrons également des livres électroniques, des livres audio et bien plus encore, pour seulement $11.99/mois.

11 - Les inventions du politique : expérimentations médiévales

11 - Les inventions du politique : expérimentations médiévales

DeHistoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIe-XVIe siècle - Patrick Boucheron


11 - Les inventions du politique : expérimentations médiévales

DeHistoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIe-XVIe siècle - Patrick Boucheron

évaluations:
Longueur:
64 minutes
Sortie:
2 avr. 2019
Format:
Épisode de podcast

Description

Patrice BoucheronCollège de FranceAnnée 2018-2019Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIe-XVIe siècleLes inventions du politique : expérimentations médiévales« Se sentir bête, incapable, incompétent, idiot » (Pierre Bourdieu, Sociologie générale, 2015) : l'effort de recherche comme un art de l'affaiblissementUne grammaire générative des possibles du politique au Moyen Âge est-elle possible ?Des régularités davantage que des règles, un style d'enquête plus qu'une méthode : récapitulations des résultats de la rechercheÉcrire l'histoire des problématisations : le passé est un réservoir de réponses, mais quelles étaient les questions ?Un exemple : l'institution podestataire comme expérimentation et comme invention du politique (Jean-Claude Maire Vigueur dir., I podestà dell'Italia comunale. Parte I – Reclutamento e circolazione degli ufficiali forestieri (fine XII sec-metà XIV sec.), Rome, 2000)Scalabilité et durabilité de l'expérience : les contours spatio-temporels de l'Italie communaleUne science du gouvernement au service de la concorde civique : l'art de la paroleDe Enrico Besta à Giovanni Tabacco, le débat historiographique sur les origines de la charge de la podestatUn moment révolutionnaire (Enrico Artifoni) ? Rythmes, espacement, événementLa consistance de la durée communale : un entassement des formes politiques et non une succession de régimesFuori, fuori il podestà : quand l'événement naît du dérèglement du rituel (Todi, 17 juillet 1268)Une microstoria de l'écart à la norme (Jean-Claude Maire Vigueur, « Échec au podestat : l'expulsion de Comacio Galluzzi, podestat de Todi », Bollettino della deputazione di storia patria per l'Umbria, 1995)Histoire émotionnelle d'une humiliation qui n'est pas souveraine : Comacio Galluzzi pleure de rage, puis se vengeÀ Murano également, en 1511, un raté de la ritualité politique (Claire Judde de la Rivière, La révolte des boules de neige. Murano face à Venise, 1511, 2014)Fins du Moyen Âge, finalités de son étude : retour sur les trois manières de raconter la disparition, avant récidive, des Laudes regiae (1377, 1530, 1918)Et comment raconter l'origine des acclamations royales ? Le coup d'État de 751 et la Donation de ConstantinLa tension entre onction et élection, visée de l'archéologie politique, « cet étrange mélange d'anachronisme tranquille et d'ethnocentrisme heureux » (Olivier Christin, Vox populi, 2014)Lorsque Ernst Kantorowicz réinterprétait le revival chevaleresque de la cour de Charles le Téméraire : « ce n'était plus la splendeur chatoyante de la chevalerie bourguignonne ; c'était la renommée universelle et les lauriers de César dont Charles brûlait d'envie » (cité par Robert Lerner)Les deux formes paradoxales de la stabilité politique au Moyen Âge : la fuite est possible, l'alternative est pensableLa commune italienne comme accentuation, et non comme exceptionAvant l'oublieuse Renaissance, présence de l'empire gréco-romain, gamme étendue des possibles politiquesRevenir a casa, une autre fois peut-être.
Sortie:
2 avr. 2019
Format:
Épisode de podcast

Titres dans cette série (97)

Patrick Boucheron est né en 1965, à Paris. Après des études secondaires au lycée Marcelin Berthelot (Saint-Maur-des-Fossés) puis au lycée Henri IV (Paris), il entre à l'École normale supérieure de Saint-Cloud en 1985 et obtient l'agrégation d'histoire en 1988. C'est sous la direction de Pierre Toubert qu'il soutient en 1994 à l'université de Paris 1 sa thèse de doctorat d'histoire médiévale, publiée quatre ans plus tard sous le titre Le pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan (XIVe-XVe siècles), Rome, École française de Rome, 1998 (Collection de l'EFR, 239).Maître de conférences en histoire médiévale à l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud de 1994 à 1999, puis à l'université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne à partir de 1999, il fut membre junior de l'Institut universitaire de France de 2004 à 2009. En 2009, il soutient à l'université de Paris 1 une habilitation à diriger des recherches intitulée La trace et l'aura et est élu professeur d'histoire du Moyen Âge dans cette même université en 2012. Il est, depuis 2015, président du conseil scientifique de l'École française de Rome. Il a été élu la même année professeur au Collège de France sur la chaire « Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIe-XVIe siècle ».