Découvrez ce podcast, et bien plus encore

Profitez gratuitement des podcasts sans abonnement. Nous offrons également des livres électroniques, des livres audio et bien plus encore, pour seulement $11.99/mois.


évaluations:
Longueur:
64 minutes
Sortie:
9 janv. 2024
Format:
Épisode de podcast

Description

Patrice BoucheronHistoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIe-XVIe siècleCollège de FranceAnnée 2023-2024Politiques de l'amourDu XIIe au XVIe siècle, d'une réforme à l'autre, mais aussi d'une renaissance à l'autre, les langages de l'amour investissent massivement les littératures européennes. Ne constituent-ils pas de ce fait la langue commune du politique, définissant de manière affective les rapports sociaux, entre convoitise et révérence, ferveur et vénération ? En tentant de comprendre ce qu'aimer veut dire au Moyen Âge, le cours de cette année mettra l'histoire de la subjectivité politique à l'épreuve des nouvelles approches historiographiques en matière de genre, d'émotions et de sexualité. Et ce par l'exploration de nouveaux corpus documentaires éclairant l'articulation entre arts de gouverner et arts d'aimer, la politisation du sentiment amoureux étant envisagée comme matrice des littératures du réveil de l'engagement politique.01 - Politiques de l'amour : L'amour après la pesteRésuméDe l'épidémie au mal d'amour, l'une et l'autre sans remède, circule un même imaginaire de la contamination et de la fascination. C'est à l'étudier dans les doctrines et les langages de l'amour médiéval qu'est consacrée cette première séance introductive, pour placer l'objet d'étude entre fantasmes et fantaisies, mais aussi entre fictions et expériences politiques. Cet intérêt pour la métaphysique de l'amour ne doit pas éloigner d'une exigence d'histoire sociale. Aussi s'attache-t-on à comprendre cette thématique du regard amoureux à travers des textes (Guillaume de Machaut), des épisodes (le « coup de foudre » de Charles VI pour Isabeau de Bavière en 1385) et des images (les descchi da parto), comme ordo amoris et comme force d'effraction.SommaireLa peste, après la peste, l'amour après la peste : retour sur Guillaume de Machaut et MachiavelPendant la peste, contre la peste, avant la peste : l'incendie d'un cœur amoureux, vrai prologue du DecameronQu'est-ce que l'obscène ? Le retournement grotesque du dispositif boccacienLe sexe, l'effroi et le fascinus : les Priapées d'Arthur Forgeais (Zrinka Stahuljak, L'Archéologie pornographique. Médecine, Moyen Âge et histoire de France, 2018)Moralisme des anciens, moralisme des modernes : pour une histoire sociale et inclusive des politiques de l'amourDante et l'ordo amoris : la métaphysique de l'amour comme principe universel du mouvementPourquoi tomber amoureux ? Thomas d'Aquin et la force d'amour : « être attiré vers ce qui agit sur nous »Il n'y a pas de remède à l'amour : amor hereos et fascinatio de Constantin l'Africain à Marsile Ficin (Aurélien Robert, « Fascinatio », dans Mots médiévaux offerts à Ruedi Imbach, 2011)Gabriel Garcia Marquez, L'Amour au temps du choléra : la contamination du mal d'amourDe la physiologie à la phénoménologie de l'amour : le plus intense des vécus de conscience« L'acte d'un regard qui se rend à un autre regard en une commune insubstituabilité » (Jean-Luc Marion, Prolégomènes à la charité, 1983)Histoire d'un regard : le « coup de foudre » de Charles VI pour Isabeau de Bavière en 1385 (Paris 1400. Les arts sous Charles VI, 2004)Histoire de l'œil : l'effraction du désir (Michael Camille, L'Art de l'amour au Moyen Âge. Objets et sujets du désir, 2000)Histoire d'une idole : le Livre du Voir Dit de Guillaume de Machaut, simulacre (Jacqueline Cerquiglini-Toulet éd., 1999) et claustration (Alain Corbellari, dans Le Moyen Âge, 2022)Histoire d'un objet : Vénus vénérée sur un plateau d'accouchée, vulnérable dans son triomphe (Christiane Klapisch-Zuber, Mariages à la florentine. Femmes et vie de famille à Florence (XIVe-XVe siècle), 2020)Les littératures du réveil : arts de gouverner et arts d'aimerLe « réveil d'Entendement » d'Alain Chartier et Le Débat de réveille matin« Avoir la puce à l'oreille » : qu'entendre par là ? (Emma Cayley, Debate and Dialogue: Alain Chartier in his Cultural Context, 2003)Veille, vigilance et antécédence (Jean-Baptise Brenet, Demain la veille
Sortie:
9 janv. 2024
Format:
Épisode de podcast

Titres dans cette série (97)

Patrick Boucheron est né en 1965, à Paris. Après des études secondaires au lycée Marcelin Berthelot (Saint-Maur-des-Fossés) puis au lycée Henri IV (Paris), il entre à l'École normale supérieure de Saint-Cloud en 1985 et obtient l'agrégation d'histoire en 1988. C'est sous la direction de Pierre Toubert qu'il soutient en 1994 à l'université de Paris 1 sa thèse de doctorat d'histoire médiévale, publiée quatre ans plus tard sous le titre Le pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan (XIVe-XVe siècles), Rome, École française de Rome, 1998 (Collection de l'EFR, 239).Maître de conférences en histoire médiévale à l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud de 1994 à 1999, puis à l'université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne à partir de 1999, il fut membre junior de l'Institut universitaire de France de 2004 à 2009. En 2009, il soutient à l'université de Paris 1 une habilitation à diriger des recherches intitulée La trace et l'aura et est élu professeur d'histoire du Moyen Âge dans cette même université en 2012. Il est, depuis 2015, président du conseil scientifique de l'École française de Rome. Il a été élu la même année professeur au Collège de France sur la chaire « Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIe-XVIe siècle ».